Inscription à la newsletter

 

 

 

"Le déchirement extrême du tissu social conduit certains de nos concitoyens à des situations éprouvantes, assorties d'une solitude déstabilisante. Comment alléger cette souffrance, comment briser cette solitude, si ce n'est par la création d'une relation ? Mais pour devenir efficace, cette relation doit se développer selon des principes rigoureux et revêtir la forme d'un accompagnement." 

  Book

 

 

Gilbert Cotteau : un fondateur engagé 

Tout au long de sa vie, Gilbert Cotteau a oeuvré contre l'exclusion sociale. Sa mission est d'être "celui qui contribue à créer des passerelles entre ceux qui souffrent et ceux qui soulagent". Il lance de nombreuses innovations associatives, après observation d’expériences menées à l’étranger. Dès 1953, il lance SOS Volliages d'Enfants, qui lutte contre le risque d'abandon et de destructuration familiale : cette structure prend temporairement en charge des fratries orphelines afin de les replacer dans une même famille d’accueil. A quarante-deux ans, Gilbert Cotteau crée l'association Delta 7, qui met en place des innovations dans le domaine du social, notamment un système de téléalarme, facilitant la vie quotidienne aux plus âgés. 

En 1987 il fonde l’association Astrée pour accompagner les personnes en situation de grande solitude et les aider à restaurer le lien social. Gilbert Cotteau s’est très fortement investi au service d'Astrée en créant une méthode particulière d'écoute et d'accompagnement "écouter la parole de l'autre, le laisser s'exprimer, sans interface émotionnelle, morale ou sociale". Son enthousiasme et son charisme ont permis de convaincre plusieurs grands chefs d’entreprises qui restent fidèles et sont aujourd’hui encore mécènes d’Astrée.

 

Gibert Cotteau

 

Pourquoi "Astrée" ?  

Le nom de l’association a été choisi afin de symboliser son action et sa vocation.« Eté 1987 : l’association est sur le point de naître, sa mission s’ébauche rapidement mais elle n’a pas encore de nom. « Nommer, c’est faire exister ». Pierre Moussa [mécène à l’époque] suggère alors de consulter un dictionnaire de mythologie. Le nom « Astrée » est alors retenu : fille de Zeus et de Thémis, déesse de la bienfaisance, Astrée répandait parmi les hommes les sentiments de justice et de vertu. »

Astrée, La restauration du lien social, 2OOO, édition de l’imprimerie Le temps qu’il fait, Cognac

Actualités Astrée