Notre histoire

 

 

Depuis sa création en 1987 par Gilbert Cotteau, l’association Astrée a développé son action dans plusieurs villes de France. Elle accompagne ainsi de nombreuses personnes en situation difficile. Mais au-delà des accompagnements individualisés, elle tente de toujours répondre à des besoins nouveaux identifiés dans la société grâce à des partenariats et des échanges de savoir-faire avec d’autres associations, nationales ou locales, et la mise en place d’actions spécifiques.

Gilbert Cotteau : un fondateur engagé

Gilbert Cotteau

Gilbert Cotteau crée l’association Astrée en 1987. Elle est la dernière d’une série d’innovations introduites en France, après observation d’expériences menées à l’étranger. Dès l’âge de 18 ans, il crée en 1949 le Groupe Espérantiste pour faciliter les échanges et encourager ainsi la création de liens sociaux. Sur sa lancée, un an plus tard les SOS Villages d’Enfants de France, qui existent déjà en Autriche, voient le jour : cette structure prend temporairement en charge des fratries orphelines afin de les replacer dans une même famille d’accueil. À quarante-deux ans, Gilbert Cotteau crée l’association Delta 7, qui met en place des innovations dans le domaine du social, notamment un système de téléalarme, facilitant la vie quotidienne aux plus âgés.

Gilbert Cotteau s’est très fortement investi au service d'Astrée. Son enthousiasme et son charisme ont permis de convaincre plusieurs grands chefs d’entreprises qui restent fidèles et sont aujourd’hui encore mécènes d’Astrée (Bouygues, Bich, Lafarge...)

Pourquoi « Astrée » ?

Le nom de l’association a été choisi afin de symboliser son action et sa vocation.« Eté 1987 : l’association est sur le point de naître, sa mission s’ébauche rapidement mais elle n’a pas encore de nom. « Nommer, c’est faire exister ». Pierre Moussa [mécène à l’époque] suggère alors de consulter un dictionnaire de mythologie. Le nom « Astrée » est alors retenu : fille de Zeus et de Thémis, déesse de la bienfaisance, Astrée répandait parmi les hommes les sentiments de justice et de vertu. »

Astrée, La restauration du lien social, 2OOO,
édition de l’imprimerie Le temps qu’il fait, Cognac

Tableau